Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coup de poing

  • Coup de coeur tu coup de poing : Une bouche sans personne, de Gilles Marchand

    Coup de coeur et coup de poing en même temps, c'est rare... et très mérité pour ce premier roman.

    De moi même, je ne serais pas allée le lire, peu attirée d'habitude par ce qui n'à pas d'explications rationnelles. Mais je suis tombée sur le blog blablamia.canalblog. ...et la critique m'a donné envie de le lire. Heureusement!

    Un très beau livre. Qui aurait pu croire que l'histoire d'un comptable défiguré par l'Histoire, et qui raconte les drôles d'histoires de son grand-père  (j'ai adoré l'éléphant gonflable) me toucherait autant.

    Et ce fut donc le cas. Touchée par toutes les mini-histoires poétiques et pleines de fantaisie du grand-père et de ce comptable, et touchée pà la solitude des personnages, leurs histoires. 

    Coup de poing par la profondeur de ce livre, par ce qu'il révèle de notre Histoire douloureuse.

    Quelle prouesse d'avoir aussi bien sur marier les deux!

  • Coup de poing -Poème "Je trahirai demain" Marianne Cohn

    J'inaugure aujourd'hui une nouvelle catégorie : après les coups de cœur, les coups de poings. C'est vraiment ce que j'ai ressenti à la lecture de ce poème de la résistante allemande Marianne Cohn (1922-1944) : "Je trahirai demain" (écrit en 1943 lors d'une première incarcération). Je suis tombée par hasard sur ce poème, dans une anthologie des poèmes autour de la femme. Et j'en ai été bouleversée. Je l'ai relu plusieurs fois, lentement.... et c'est pour lui que je crée cette nouvelle catégorie. Vous trouverez donc son poème ci-dessous. Et l'histoire de ce poème et de cette femme sont aussi surprenant (assassinée par la Gestapo en 1944 pour avoir tenté de sauver des enfants juifs- ce qui fut le cas, grâce au maire d'Annemasse. Ce poème a été ramené des années plus tard par l'un des enfants).

     

    Je trahirai demain

    Marianne Cohn-1943

    Je trahirai demain pas aujourd’hui.
    Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles,
    Je ne trahirai pas.

    Vous ne savez pas le bout de mon courage.
    Moi je sais.
    Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
    Vous avez aux pieds des chaussures
    Avec des clous.

    Je trahirai demain, pas aujourd’hui,
    Demain.
    Il me faut la nuit pour me résoudre,
    Il ne faut pas moins d’une nuit
    Pour renier, pour abjurer, pour trahir.

    Pour renier mes amis,
    Pour abjurer le pain et le vin,
    Pour trahir la vie,
    Pour mourir.

    Je trahirai demain, pas aujourd’hui.
    La lime est sous le carreau,
    La lime n’est pas pour le barreau,
    La lime n’est pas pour le bourreau,
    La lime est pour mon poignet.

    Aujourd’hui je n’ai rien à dire,
    Je trahirai demain.